Le premier ETF Bitcoin américain vient de lancer son produit cette semaine. Il est basé sur la crypto n°1.

News bullish ? Pas si vite…

Qu’est-ce qu’un ETF ?

Tout d’abord, les Exchange Traded Funds (ETFs) sont des instruments financiers destinés à répliquer fidèlement les variations d’un indice, à la hausse comme à la baisse. Juridiquement, ils sont assimilés à des OPCVM indiciels et, en France, cotés sur les marchés réglementés (plus d’informations ici)

Histoire de quelques ETF aux USA

  • 1993 : premier ETF equity
  • 2002 : premier ETF obligations (Bonds)
  • 2004 : premier ETF gold (Or)

Ce n’est donc pas un produit financier nouveau sur les marchés, les traders et investisseurs sont habitués à ce genre de choses. Même les fonds de pension et certaines de vos assurances-vie peuvent en contenir. A y regarder de près, que se passe-t-il vraiment ?

Qu’est-ce qu’un Contrat Future

Selon l’AMF, les « futures » sont des instruments financiers utilisés pour anticiper les variations futures d’un actif sous-jacent (une action, un indice boursier, etc.) : vous achetez ou vendez une quantité déterminée de cet actif sous-jacent, à une date d’échéance et à un prix connus à l’avance (cf l’article ici)

En gros, c’est un pari à terme.

L’investisseur parie que le cours d’un actif à une date donnée sera plus ou moins élevé que sont cours actuel. Ce qui lui donnera, en échange d’une prime qui sera de toute façon payée, le droit d’acheter l’actif au prix décidé à l’avance.
Exemple : un BTC vaut 10.000 dollars Novembre 2020, un prime de 10% est convenue jusqu’à la date de Novembre 2021 où le BTC est à 65.000 dollars, l’investisseur peut alors décider de payer les 10.000 dollars convenus + le montant de la prime et revendre immédiatement son BTC pour engranger la plus-value. A l’inverse si le cours du BTC est de 5.000 dollars, il peut décider de ne pas acheter mais devra quand même payer la prime de 10% convenue au réel détenteur du BTC (actif sous-jacent du contrat).

Pour le cas du Bitcoin, des contrats futures avaient déjà vus le jour fin 2017, début 2018, ce qui n’est donc encore une fois pas une nouveauté.

L’ETF Bitcoin « BITO »

C’est le nom qu’aura l’ETF géré par ProShares qui a effectué un communiqué lundi 18 Octobre 2021 à l’occasion de l’ouverture. L’ETF « BITO ouvrira l’exposition au bitcoin à un large segment d’investisseurs.

Il s’agit du premier ETF américain car il y avait déjà des ETF disponibles notamment au Canada. Mais comme chacun sait la bourse américaine est un levier de progrès essentiel. Les liquidités de Wall Street représentent une partie majeure de l’investissement mondial.

Les Avantages de l’ETF Bitcoin

Pour les professionnels du trading et les institutions pour trader et faire des profits sur les frais facturés et les trades à court terme.

Pour les commerciaux des gros fonds d’investissements afin d’obtenir une clientèle diversifiées qui s’intéresse au monde des cryptomonnaies mais qui ne s’est pas encore lancée ou qui ne maîtrisent mal les outils numériques. Ces intermédiaires se feront de belles commissions au passage en mettent en avant les gains passés pour faire miroiter les gains futures aux clients (les performances passées ne présagent pas des performances futures).

Pour les particuliers, ils peuvent dormir tranquille et se dire que leurs conseillers financiers habituels ont la main sur la gestion de leur portefeuille, pas de wallet à créer pas de clés à détenir, ni de mot de passe ou phrase de récupération à protéger.

Les Inconvénients de l’ETF Bitcoin

Les inconvénients sont les frais pris par tous les intermédiaires qui sont dans le circuit d’achat de l’actif ainsi que de sa revente. Ce serait d’ailleurs la même chose dans le cas d’un ETF « spot » basé sur le cours actuel du Bitcoin comme peuvent l’être aujourd’hui de nombreux ETF sur d’autres types d’actifs. Exemple : ETF basés sur l’Or ou l’argent ou encore sur un panier d’actions donné composant un indice boursier.

De plus, il y a de fortes chances pour que le cours ne reflète pas exactement l’actif du Bitcoin, avec toutes les primes des contrats passés entre les différents acteurs du marché. Ce qui laisse place à ce qu’on appelle l’arbitrage, technique de trading consistant à aller sur les places de marché les moins chères et revendre sur les places de marché plus chères. Par conséquent un public averti de traders professionnels.

Aujourd’hui, la manière la plus simple d’acquérir des cryptomonnaies telles que le Bitcoin reste encore les exchanges en créant un compte de manière simple. Certaines règlementations alourdissent un peu le processus mais cela évitera des frais d’intermédiaires qui ne font rien de plus.

Conclusion

La bonne nouvelle semble être que les régulateurs de la première puissance mondiale aux Etats-Unis ont décidé de ne pas interdire l’actif, ce qui était en bonne voie mais pas certain. Maintenant que Wall Street est impliqué cela va dans le bon sens.

La moins bonne nouvelle est que les contrats futures existaient déjà sur le Bitcoin et on a vu l’effet dévastateur sur le cours de l’actif. On est passés d’un actif où les investisseurs achetaient ou s’abstenaient (2 options) à un actif plus liquide où les investisseurs peuvent non seulement ne pas acheter mais aussi shorter (parier à la baisse). Résultat : dégonflement de la bulle et baisse de quasiment -80% l’année d’après.

Alors dans quel camp se situer ?

Il n’y a pas de réponse car l’avenir est incertain et tout investisseur long terme le sait bien et diversifie son portefeuille en conséquence avec les différentes classes d’actifs disponibles (oui, il n’ y a pas que les cryptomonnaies même si ce secteur est excitant il reste encore très volatile donc patience et prudence restent de mise).