Le « token » et pourquoi il est révolutionnaire…

Partagez cette page

Un petit billet afin de revenir quelques instants sur ce qu’on appelle un « token » et sur la raison pour laquelle c’est un objet informatique génial.



Qu’est-ce qu’un token ?

Littéralement, le mot anglais « token » signifie « jeton ». Dans le domaine des cryptomonnaies, ce mot désigne de manière métaphorique les « pièces de monnaie » de diverses devises digitales. Un usage correct du mot est par exemple de demander à votre ami qui déborde de bitcoins « allez, fais pas le radin, file moi un token ».

Sans rentrer dans les détails, selon le cryptoactif concerné, tous les tokens n’ont évidemment pas les mêmes caractéristiques et usages (sans même parler de leurs valeurs…). Certains ont été pensés comme un moyen d’échange de valeur (bitcoin), d’autres sont plus « utilitaires » et sont liés à l’utilisation d’un service particulier, comme par exemple le siacoin et son service de cloud décentralisé associé. À noter aussi que de nombreux tokens issus d’ICO sont dans une zone un peu trouble. Sont-ils des actions ? Des participations d’une société ? On ne sait pas ce qu’ils sont, ni quel est leur statut légal en attendant que les régulateurs aient tranché. Des mauvaises langues ajouteraient qu’on ne sait souvent pas non plus à quoi ils servent si ce n’est à enrichir leurs émetteurs, mais c’est un autre débat…

Enfin quoi qu’il en soit, ce qu’il faut retenir ici est que le « token » est donc la pièce digitale de votre monnaie digitale.

Le token, cette petite chose révolutionnaire

Jusqu’à maintenant, vous vous demandez peut-être où nous voulons en venir. En effet, après tout s’il existe désormais des monnaies électroniques, rien de plus normal qu’elles disposent de leurs « pièces ». Et c’est justement derrière cette chose qui vous paraît si évidente que se cache un des nombreux progrès géniaux apporté par le bitcoin, qui est rappelons-le, la première des crypto-monnaies.

Prenez un peu de recul sur votre usage de l’outil informatique et d’internet. Pensez à quand vous utilisez tel ou tel logiciel, à quand vous travaillez sur des documents ou partagez des fichiers. A part cas exceptionnels, vos ordinateurs, tablettes et smartphones travaillent comme des photocopieuses qui passent leur temps à copier ou dupliquer des données. Plus particulièrement, quand vous envoyez quelque chose à quelqu’un (messages, photos, musiques, données…), vous en disposez encore. Vous envoyez toujours une copie de l’objet concerné.

C’est précisément là que le token d’une cryptomonnaie est différent, et nouveau. Si vous l’envoyez à quelqu’un, vous ne l’avez plus, vous l’avez « dépensé ». Le token se dépense de la même manière qu’on dépenserait des euros en donnant des billet à un commerçant. Et mine de rien ce point est fondamental. C’est avec le bitcoin (puis certains de ses suiveurs…) que sont apparus ces objets informatiques qui, pour la première fois dans des réseaux à la fois sûrs, ouverts et globaux, permettent donc l’échange de valeur.

Il s’agit pour de nombreux analystes d’un progrès majeur, voire même d’une véritable rupture. Après « l’internet de l’information » que nous connaissons et pratiquons tous, le token (avec bien-sûr ses protocoles associés) est le petit objet informatique qui n’a apparemment l’air de rien, mais sur lequel se construit en ce moment un nouvel « internet de la valeur » que nous connaitrons et pratiquerons sûrement tous bientôt.

Épiphanie

Figurez-vous que nous venons d’avoir une véritable révélation en écrivant ce billet. Enfin nous voyons clair, et la solution était sous notre nez…

Cela va sûrement paraître bête à beaucoup de gens, mais nous nous demandions pourquoi tant de choses différentes étaient rassemblées sous le label de « crypto-monnaie » ou « crypto-actif ».

Quel rapport entre le Bitcoin et le Bunny Token ? Pourquoi CoinMarketCap liste-t-il tant de choses si différentes dans le même classement ?

La réponse est tout simplement que tout ces trucs sont des systèmes basés sur le token…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *